LE BLOG ONILIA


Catégories


Twitter


"Les 5 tendances #marketing au sommet de la vague https://t.co/YlmodkzkSY"

"Modélisation #3D : Engie joue la carte de la croissance externe https://t.co/nL9cAleQjn"

LE BLOG ONILIA

/ 0

TECHNOLOGIES 3D

Des médicaments personnalisés grâce à l’impression 3D

9 août 2016

Même si nous savons que l’impression 3D est une technologie qui a énormément de potentiel dans de nombreux domaines, nous sommes toujours surpris lorsqu’une nouvelle utilisation de l’impression 3D est présentée. Cette fois, il s’agit de la conception de médicaments personnalisés.

Plusieurs médicaments en un seul

Nombreuses sont les personnes qui doivent prendre plusieurs médicaments différents chaque jour. Le risque est bien souvent d’en oublier un. De plus, avoir à avaler plusieurs comprimés ou gélules chaque jour en respectant des horaires précis n’est pas vraiment agréable. Et lorsqu’il faut se déplacer, la contrainte est également présente.

Imaginez maintenant que tous les médicaments nécessaires à une personne soient réunis en un seul et même cachet, les inconvénients évoqués ci-dessus seraient nettement réduits.

Grâce à l’impression 3D, le médicament personnalisé devient possible. Il mélange plusieurs substances n’ayant pas d’interactions entre elles dans un seul et même comprimé. Mieux encore, ce procédé permet de programmer l’heure à laquelle chaque substance va être activée. Pour éviter que toutes n’interagissent au même moment, chacune va se désagréger à un moment précis.

Qu’apporte l’imprimante 3D ?

En soi, pouvoir créer un médicament personnalisé ne résulte pas de l’imprimante 3D. Il y a longtemps que les scientifiques sont capables de créer des médicaments sur mesure. Le problème c’est que leur commercialisation était impossible à cause de coûts de production trop onéreux. Il aurait fallu que chaque patient déclare ses besoins, et qu’en laboratoire, soit produit pour chacun d’entre eux un médicament spécifique. Un procédé trop long et trop coûteux.

Cependant, l’impression 3D change la donne. C’est le médecin qui, grâce à un logiciel, entre chaque substance dont le patient a besoin, et indique les doses et les horaires auxquels chaque substance doit se déclencher. Ensuite, les données sont analysées et le médicament est imprimé en 3D en un minimum de temps.

Ce concept a été créé par l’Université Nationale de Singapour qui a conçu une imprimante 3D permettant de confectionner de tels médicaments. L’objectif étant que cette imprimante 3D soit disponible dans les hôpitaux et les cliniques de la cité-état. Si le concept fonctionne, il devrait rapidement s’étendre dans les autres pays du monde.