LE BLOG ONILIA


Catégories


Twitter


"Les 5 tendances #marketing au sommet de la vague https://t.co/YlmodkzkSY"

"Modélisation #3D : Engie joue la carte de la croissance externe https://t.co/nL9cAleQjn"

LE BLOG ONILIA

/ 0

DIGITAL

Infos médicales sur Internet : Les médecins reprennent le pouvoir

20 septembre 2016

Depuis ses premiers jours d’existence, les internautes n’hésitent pas à utiliser Internet pour trouver des réponses à leurs problèmes de santé. Bien que non recommandé par le bon sens, les malades 2.0 ont toujours eu ce réflexe qui pouvait leur faire croire à un cancer alors qu’ils ne souffraient que d’un rhume passager… Depuis peu, les médecins ont décidé de reprendre le contrôle de l’information médicale devenue chaotique sur Internet.

E-Santé : Des informations plus fiables

Depuis quelques mois, le secteur de l’E-Santé a connu une révolution aussi douce que puissante. Via des applications médicales comme AskLucie, Body ou CitizenDoc, ces cliniques de poche ont repris le contrôle de l’information médicale 2.0.

Derrière chaque entité citée plus haut, de véritables médecins fournissent des  informations  fiables, pondérées et argumentées.

Télé-conseil et auto-médication

Concernant tous les petits tracas du quotidien, des applications comme CitizenDoc – lancée en 2015 – permettent aux internautes de réaliser eux-mêmes leur diagnostic en répondant à des questions précises selon les maux ressentis – les mêmes questions qu’un médecin 1.0 poserait.

Une auto-médication en découle puisque seuls des médicaments sans ordonnance sont conseillés – la pharmacie la plus proche est mise en avant. À noter que ce processus est uniquement valable pour les  maux bénins allant du rhume aux brûlures. Cette formule permet avant tout de limiter les visites « inutiles » chez son médecin tout en ayant une solution concrète à son problème.

Lubie ou réelle solution ?

Face au développement de ces nouvelles plateformes estampillées « Nos médecins Vous Répondent », le CNOM (Conseil National de l’Ordre des Médecins) est sans surprise plutôt dubitatif. Selon eux, cette « ubérisation de la santé » peut entrainer des dérives dont la vente non régulée de médicaments.

Dans tous les cas, il est évident que cette solution est meilleure que la simple consultation de forums à condition de sécuriser le tout (être notamment certain que de véritables médecins répondent aux internautes). Les instances Étatiques devraient se pencher sur ce dossier qui permettrait de réduire les coûts de santé si importants dans l’hexagone…