LE BLOG ONILIA


Catégories


Twitter


"RT @Diateino: Entrepreneur ? Entourez-vous des bonnes personnes ! Suivez les conseils de @VivienPoujade : https://t.co/Ax0SC89Rph #Entrepre…"

"Venez-nous retrouver aujourd’hui au @lavalvirtual sur notre stand C10 pour tester notre simulateur @GroupManitou https://t.co/VzeojpyTlC"

LE BLOG ONILIA

/ 0

TECHNOLOGIES 3D

Quand la réalité virtuelle redonne des sensations aux paraplégiques

27 septembre 2016

Selon une étude menée par la revue « Scientific Reports », la réalité virtuelle pourrait permettre aux paraplégiques de retrouver l’usage partiel de leurs jambes. Une expérience récente a mis en évidence les progrès considérables réalisés en matière d’interface « cerveau-machine ».

Réalité virtuelle et signaux du cerveau

L’étude a été menée sur 8 paraplégiques pendant 1 an, ils étaient équipés d’une interface « cerveau-machine » qui les reliait directement à un ordinateur afin que celui-ci capte les signaux envoyés par le cerveau vers les membres. Afin de rendre cela possible, chaque patient a été entrainé à travailler son imagination via la réalité virtuelle.

Immergés dans des univers 3D, les patients ont pu se représenter leurs membres et ont surtout pu s’imaginer entrain de marcher. Automatiquement, des signaux ont été envoyés par le cerveau via des fibres nerveuses de la moelle épinière encore « en vie »  et ceux-ci ont été décryptés par des logiciels.

Bouger, conduire et reprendre partiellement le contrôle de leur vie sexuelle

Au bout d’un an, cette avancée a permis à 4 des patients de voir leur handicap être re-qualifié de « paraplégique complet » à « partiel ». En effet, certains ont pu bouger à l’aide d’un harnais et même conduire ! Soulignons également que 3 autres patients ont obtenu les mêmes résultats au bout de 20 mois…

L’étude menée indique bien que les patients atteints de paraplégie depuis de nombreuses années ont pu retrouver l’usage partiel de leurs jambes, et même, d’une partie de leur vie sexuelle.

Ces résultats représentent une grande première et ont été rendus possible grâce à un programme spécifique alliant rééducation cérébrale et rééducation physique.